«Un moment de voyage poétique.» «Une expérience rare et riche»
«Musique actuelle et originale mais totalement dans l’esprit traditionel»
«Un art du trobar revisité avec talent» «Des troubadours très Rock'n Roll»

FRANCE BLEU VAUCLUSE

«Des troubadours trés rock n roll , le renouveau de la scène occitane à partager sans aucune modération . Ils m’ont réconcilié avec la musique provençale !!! . Quand la nouvelle scène provençale fait un travail d’historien et rend accessible aux jeunes générations tout un patrimoine oublié , on n’est plus dans du folklore, on est dans la world .Bravo les gars et merci.»

David Peron

Vaucluse matin

Samedi 11 avril, la commission culturelle de Courthézon proposait un concert du quatuor originaire de Noves Cortésia, au théâtre de la Roquette du village. Ce quatuor qui revisite les poèmes des troubadours XIIe et XIIIe siècle avec des compositions actuelles folks colorées ont enchanté les spectateurs courthézonnais. Ces quatre musiciens jouant de multiples instruments souvent méconnus tels que le mélodica ou le derbooka ont proposé un voyage poétique avec des chants Roman provençal et polyphonique.


Fanz'yo

Le concept du quatuor originaire de Noves est plutôt pointu et précis : mettre en valeur, par des arrangements contemporains mais dans l’esprit de l’époque, des poèmes romans des troubadours des XIIième et XIIIième siècles en provençal. Cortesia est ancré entre les Alpilles et la Durance et revisite ces poèmes anciens qui servait aussi à transmettre les informations de villages en villages en les habillant de musiques plus actuelles et originales mais totalement dans l’esprit traditionnel. Presque un numéro d'équilibriste musical entre le moyen âge et notre XXIième siècle. Mais il faut bien reconnaître que le résultat est là. Ainsi ces instruments anciens comme le galoubet et le tambourin, les plus contemporains comme la basse, la guitare, le mélodica ou le derbooka habillent parfaitement les chants en roman provençaux et polyphoniques : “La Balansa”, “Albres”, “Ab l’alen”... Autant de morceaux qui font voyager dans le temps. Une expérience rare et riche. Une découverte.

Vincent Silvère

Trad Mag

Cortesia est ancré au coeur de la Provençe entre les Alpilles et la Durance sous l’imultion des frères Linsolas : Simon (galoubet, tambourin) et Jérôme (basse, chant) rejoints par Jérôme Baillest (guitare) et Rudy Martin (percussions). Les quatre troubadours revisitent les chants du moyen âge en l’Occitanie, de la France à la Catalogne mais aussi de l’Italie. Un art du trobar revisité avec talent entre instrument ancien, le galoubet provençal, et contemporain comme la basse et de très belles voix. Ce disque, “Le souffle…”, ainsi que “Le vent des marais”(2012) révèlent une véritable concordance des temps : musique électroacoustique et chants médiévaux. Une harmonie à découvrir.

Caroline Barray

aquo d'aqui

Bèn diferenta èra la tòca de Cortesia, qu’assegurava la segonda partida d’aqueu concèrt faròt dau Festivau dau Tamborin, qu’es son trentenc anivèrsari. Cortesia son dos guitaristas, am’un cantaire a la bassa, e un percussionista galobet-tamborin, qu’electrisan un repertòri que deu premier ai trobadors de l’edat mejan. Es bèn d’occitan, e pas totjorn provençau que cantan fòrça bèn dins aqueleis adaptaciens rockn’roll, maugrat qu’au public parlan que de « provençau ». Aquelei « trobadors d’uei » coma se dison, te fan una revirada musicala totala dau Se Cante. Perqué non ? E sa musica, mai que d’un còp sorna, pren segur de colors gràcias au galobet. Aqueu galobet-tamborin que serà lo jonhent de mai que d’una forma de musica dins aquela vesprada bèn capitada.

Michel Neumuller